Espace membres
Login
Pass
Les annuaires de France nuisibles

Trapavol-Traitement de la merule

Accueil / Biologie

Histoire de la mérule, condition de son développement, de sa reproduction, de sa croissance

D'abord appelée Serpula lacrymans, devenue Merulius Lacrymans, puis mérule pleureuse, elle est le champignon lignivore le plus répandu et le plus dévastateur des bâtiments.

mycéliumSi elle a ce qualificatif de « pleureuse », c'est en raison de son mycélium qui suinte des larmes colorées.

Originellement, elle proviendrait d'Asie, de l'Hymalaya plus particulièrement, et se serait déplacée à travers le monde grâce aux échanges commerciaux maritimes.

Les souches de Serpula lacrymans ont d'abord migré en Amérique du Nord (en Oregon) puis en Amérique du sud et enfin en Océanie et en Europe. Si elle est absente des zones tropicales, c'est très certainement en raison de son intolérance aux températures élevées.

Historiquement, on trouve mention de son existence dans la Bible où elle est dénommée « lèpre des maisons » et est considérée comme un châtiment divin ! La comparer à la lèpre n'est pas fortuit ; tout comme la maladie, le champignon contribue à la destruction de son hôte et est fortement contagieux.Pour s'en débarrasser, la Bible préconise le passage d'un prêtre dans la maison infestée….au XXIème siècle, nous suggérons le passage d'un professionnel du bois !

On retrouve trace de la mérule au 17ème siècle, lorsque sont évoquées les dégradations provoquées sur des navires. Avant l'apparition des coques métalliques, la mérule fut responsable de nombreux naufrages voire même de désintégration lors de mises à flot. Pour les amateurs d'Histoire, le capitaine Nelson, vainqueur des troupes napoléoniennes lors de la bataille de Trafalgar, a vu une partie de sa flotte détruite par la mérule ! Voyageant de port en port le champignon s'est étendu partout sur le globe.

Sur terre ferme, on constate de nombreux travaux scientifiques ayant pour objectif l'élimination de la mérule dès le 19ème siècle. En France, jusqu'au début des années 1990, les attaques restaient des épisodes rares mais depuis cette période, la présence de la mérule explose. Les professionnels de l'habitat expliquent cette expansion par l'accroissement des travaux d'isolation et d'étanchéité. Ces travaux avaient pour but d'apporter une meilleure protection contre les intempéries extérieures, ils ont ainsi augmenté la condensation intérieure et défavorisé l'aération naturelle ( le simple vitrage par exemple assurait une ventilation entre intérieur et extérieur que ne permet plus le double vitrage). Voilà une explication de l'accroissement du développement de la mérule.

On observe par ailleurs une croissance identique à la nôtre chez nos voisins allemands, suisses, belges, hollandais et anglais. Actuellement, la mérule est présente dans cinquante départements en France, surtout dans le Nord et le grand ouest.

L'agence nationale de l'habitat dénonce la mérule comme étant le champignon le plus nocif et destructeur, qui cause le plus de problème dans les habitations. Autant dire qu'il faut rester attentif au moindre doute et réagir rapidement.

En milieu naturel, les champignons lignivores (qui ont la capacité de digérer la lignine, composant essentiel du bois), telle la mérule, participent à la régulation de l'équilibre naturel en éliminant les bois morts. Malheureusement lorsque ces champignons s'invitent chez nous et qu'ils décident de s'en prendre à nos bois d'œuvre, on les juge beaucoup plus gênants.Et il faut savoir que la mérule préfère largement nos habitations aux forêts…

Petit tour des conditions favorables à son développement

Un taux moyen d'humidité du bois compris entre 22% et 35%.Au-delà de 40%, elle ne peut plus se développer, au-deçà de 22%, c'est la mort assurée.

Une température optimale comprise entre 20 et 26°C.Elle ne supporte pas les températures extrêmes élevées ; quant au gel, les études ne se penchent pas dessus, considérant qu'il ne gèle jamais dans une habitation.

Une atmosphère globalement confinée, obscure et si possible avec des vapeurs d'ammoniaque. Autrement dit, elle affectionne particulièrement salles de bain et cabinets de wc.La mérule a peu de besoin d'oxygène, aussi, elle parvient toujours à se développer suffisamment.

Bien entendu, il y a aussi des conditions défavorables à la poursuite de son développement

La perte d'humidité globale.

La mérule est incapable d'absorber l'humidité atmosphérique, il lui faut donc de l'eau dans son environnement direct.

La baisse entre 20% et 30% de la teneur en eau du bois.

Une température extérieure comprise entre 28° et 35°C.

Mais oubliez les réjouissances, amoindrie n'est pas vaincue :la mérule se mettra en phase de sommeil, patientant tranquillement pour que les conditions redeviennent clémentes à sa croissance…et cette phase peut durer plusieurs années.

En revanche, rassurons-nous un peu, elle ne survivra pas à ces conditions :

Taux d'humidité du bois inférieur à 20%.

Air normalement humide.

température supérieure à 35°C durant plus de 6 heures ou supérieure à 45°C durant plus de 15 minutes.

Il est à préciser que si votre habitation ne présente pas de pièce humide et si l'aération est bonne, vous ne fournissez pas un endroit idéal.

La mérule se développe dans l'obscurité, derrière les plinthes, les plafonds, sous les revêtements de sols. Cachée de la sorte, on ne constate sa présence que lorsque le bois détérioré est totalement dégradé.

Elle attaque la cellulose des éléments qu'elle affaiblit, sans toutefois toucher à la lignine (partie composant le bois).

Le développement de la mérule se déroule en deux phases :

mérule en phase végétative1/ Formation végétative : Durant cette phase elle s'étend petit à petit,mais assez rapidement malgré tout,car elle peut grandir de 4mm par jour voire jusqu'à 12 cm par semaine...les plus grandes mérules observées mesuraient environ 8 mètres ; effrayant, non ? Sa forme est arrondie blanchâtre, plutôt cotonneuse et l'épaisseur se situe entre 5 et 50mm.Pour s'amplifier, la mérule fait croître des filaments fins dénommés rizomorphes. En premier lieu ils sont blancs et plutôt mous, ils deviennent par la suite rigides et changent de couleur partant du jaune, en passant par le gris, le roux, pour terminer noir. Ces cordons assurent le développement du champignon par le transport d'eau et de substances nutritives nécessaires à sa survie et à sa croissance. .… Grâce à l'eau ainsi conduite, la mérule poursuit son offensive sur le bois et le dévore petit à petit. Les rizomorphes forment un réseau très ramifié (les ramifications s'appellent hyphes) peuvent mesurer jusqu'à 10 mètres et sont capables de traverser les maçonneries. C'est ce mécanisme qui lui permet de se développer sur de larges surfaces, comme de la maçonnerie dont elle ne peut se nourrir. La mérule se nourrit via son mycelium, qui a une double action : sécrétion et absorption. Il sécrète des enzymes qui dégradent le bois et absorbe les éléments utiles à sa survie.

 

mérule en phase de fructification2/ Phase de reproduction :Bien que la lumière inhibe sa croissance, elle active aussi sa sporulation. Elle produit alors des spores qui se dispersent dans l'air et partent à la conquête d'autres surfaces. On peut apercevoir une poussière rougeâtre traduisant la présence de ces spores qui se déposera sur les surfaces environnantes. Son aspect se modifie également, elle devient plus consistante et prend une couleur plus brune, rouille avec des bords blancs. On dénomme cette phase « fructification » et le mycellium s'enrichit d'un carpophore autrement appelé sporophore, partie qui libère les spores.

Une spore se dépose sur une surface favorable à son développement, elle germe et engendre des filaments (hyphes) qui se développent sur la surface (mycelium).Alors la mérule peut continuer son travail de dégradation du bois tout en poursuivant son cycle de reproduction.

 

Comment la reconnaitre ?

La mérule ressemble à du coton épais et blanc, ou encore à une toile d'araignée qui tirera sur les gris. Vous verrez aussi des filaments gris argentés dont le diamètre est d'environ 6 à 8 mm et dont la longueur peut atteindre plusieurs mètres. Ces filaments pénètrent dans le bois et ont la capacité de passer à travers la maçonnerie. Lorsqu'ils sont secs, ces filaments sont cassants.

Si la mérule est déjà en phase de fructification, vous observerez un champignon plutôt dans les tons rouge brun, avec des spores rouges, dont l'ensemble est plutôt arrondi, mou, visqueux et en moyenne d'une épaisseur de un à deux centimètres. Les bords sont blancs.

Enfin, vous devriez sentir une forte odeur de champignon, autre signe alarmant.

Voici les endroits susceptibles d'accueillir la mérule :